La toge et le pallium. Usages et fonctions du vêtement dans le monde romain

La toge et le pallium. Usages et fonctions du vêtement dans le monde romain

« Les Romains, maîtres du monde, sont le peuple à la toge (gens togata) », écrit Virgile dans l’Enéide. Emmanuelle Valette, Maître de Conférences à l’Université Paris Diderot–Paris 7, raconte comment le vêtement à Rome était un « outil narratif et rhétorique » porteur d’une construction sociale précise (statut, âge, sexe…). Indissociable des gestes, des attitudes, des mouvements de celui qui le portait et des espaces dans lesquels il était porté, le vêtement romain ne peut être compris qu' »en contexte » : selon qu’il était porté en privé ou en public, il pouvait avoir un sens très différent. La toge était un privilège réservé aux citoyens mâles adultes, dignes d’exercer la citoyenneté,.. Les couleurs (or, pourpre, sombre), les tissus (la soie, la laine), les accessoires (ceintures, bijoux, chapeaux) venaient encore affiner les codes et les normes vestimentaires.

PODCAST

Emmanuelle Valette

Emmanuelle Valette est Maître de Conférences (langue et culture latines) à l’Université Paris Diderot–Paris 7 et membre du centre de recherches AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques). Ses recherches portent sur le monde romain, dans une perspective anthropologique. Elle a travaillé sur les pratiques lettrées (la lecture, le bilinguisme, le statut de la culture grecque dans le monde romain). Plus récemment son intérêt s’est porté sur le corps, les pratiques ostentatoires et les usages vestimentaires à Rome.